04 août 2017

La nouvelle escadrille des grimpeurs colombiens

« C’est une très bonne équipe de Colombie. Chez nous, le niveau est très élevé actuellement et il faut être très bon pour gagner sa sélection. Nous venons en favoris. »

Ce n’est pas un pronostic, mais l’avis de Hector Urrego, le journaliste « historique » du cyclisme colombien qui a tout connu de l’aventure des grimpeurs sud-américains, est à prendre en considération.

Egan Bernal, 20 ans seulement, est le plus prometteur de la nouvelle escadrille des grimpeurs colombiens. Issu du VTT, dont il fut médaillé d’argent et de bronze aux Mondiaux juniors, il avait été enrôlé dès l’âge de dix-neuf ans par le manager italien Gianni Savio dans l’équipe Androni – Sidermec, sans véritable référence sur la route mais sur la présomption de ses grandes qualités. Déjà quatrième du Tour de l’Avenir l’an dernier, il revient fort d’une expérience acquise chez les pros, avec la victoire comme objectif majeur de sa saison, au cours de laquelle il s’est déjà illustré en France, en remportant un succès significatif au Tour de Savoie-Mont-Blanc. Un vrai talent, qui n’a pas échappé au Team Sky qu’il rejoindra l’an prochain.

Son partenaire dans l’équipe Androni, Ivan Ramiro, 2O ans ; mais aussi Wildy Sandoval (Boyaca), 22 ans, également issu du VTT, ou Daniel Martinez, 21 ans, pro dans l’équipe Willier-Southeast, seront les principaux auxiliaires d’Egan Bernal en montagne.

Deux coureurs de l’équipe colombienne Coldeportes – Zenu complètent cette sélection : Cristian Munoz, et Alvaro Hodeg, le sprinteur de l’équipe.

La Colombie arrive très ambitieuse sur le Tour de l’Avenir, dans l’espoir de signer une sixième victoire à la suite d’Alfonso Florez (1980), Martin Ramirez (1985) et plus récemment Nairo Quintana (2010), Esteban Chaves (2011) et Miguel-Angel Lopez (2014), tous devenus des pointures du cyclisme mondial.


Navigation article