09 août 2018

L’étape « flash »

Le Tour de l’Avenir et le Tour de France ont toujours entretenu des liens étroits, et l’un n’irait pas sans l’autre. Le « petit » Tour de France des moins de vingt-trois ans s’inspire souvent de son aîné, et inversement, notamment pour ce qui est d’explorer de nouveaux sites, comme par exemple la station de la Rosière, inédite sur le Tour de France cette année (victoire de Geraint Thomas) et explorée en 2015 par le Tour de l’Avenir (victoire de Guillaume Martin).

De la même façon, l’étape exceptionnellement courte (65 km) disputée ce mercredi 25 juillet sur le Tour (Bagnères-de-Luchon – col du Portet) va trouver un écho sur le Tour de l’Avenir, le 23 août prochain, avec 35,4 kilomètres seulement entre Moutiers et Méribel, au lendemain du grand transfert en provenance du Centre de la France.

Une étape « flash », aux deux tiers en montée, vingt kilomètres d’ascension au total, avec la côte de Montagny au départ et l’arrivée dans la station savoyarde au terme de douze kilomètres d’escalade finale.
Le Tour de l’Avenir répond ainsi à sa vocation innovante.


Navigation article