21 août 2018

Les français en jaune et vert

La 5e étape du Tour de l’Avenir, Beaugency (Loiret) – Levroux (Indre), était une occasion pour les sprinteurs plus ou moins frustrés jusque-là, et cette fois, ils ne l’ont pas manquée ! Les échappés du jour, le Polonais Maciejuk, déjà référencé comme un rouleur efficace, et le Slovène Horvat, ont été repris dans les tout derniers kilomètres après avoir mené un long raid sur les routes de Sologne.

L’étape s’est finalement conclue par un sprint massif, remporté par le Britannique Matthew Gibson, 21 ans, membre de l’équipe continentale JT Condor durant le reste de la saison, et déjà vainqueur cette année en France sur des étapes des Tour de Normandie et du Loir-et-Cher.

Cette journée, encore rondement menée (45,8 km/h.), a surtout été marquée par une cascade d’une demi-douzaine de chutes. Le leader norvégien, Häkon Aalrust, en a été victime, de même que l’Allemand Max Kanter, porteur du maillot vert, qui ne sont ni l’un, ni l’autre, jamais parvenus à reprendre place au sein du peloton principal.

C’est ainsi que le Maillot jaune revient sur les épaules du Français Alan Riou, leader après sa victoire d’étape de Châteaubriant, dépossédé lundi à l’occasion du contre la montre par équipes, et même pris dans une légère cassure sur la ligne d’arrivée à Levroux (95e à 14’’), ce qui n’est rien en regard du quart d’heure de retard concédé par le malchanceux leader norvégien, très attardé. « Ce n’est pas dans ces circonstances que je voulais reprendre le Maillot» reconnaissait Alan Riou, forcément moins ému que lors de sa première rencontre avec le maillot jaune. Lui-même n’a pas été épargné par une chute, mais il a pu revenir et échapper à celles qui ont succédé. « Je suis tombé une fois, mais j’ai pu éviter les trois ou quatre chutes suivantes, racontait Alan Riou, qui avouait que l’équipe de France avait d’autres intentions : « En fait, on voulait jouer le sprint… »

Mais Damien Touzé, le finisseur de l’équipe de France, vainqueur dimanche à Châteaudun, n’a pu faire mieux que 6e, ce qui ne l’empêche pas de s’emparer du maillot vert, dès lors que l’Allemand Max Kanter (113e à 39’’) n’a pu surmonter sa malchance à temps pour disputer le sprint.

Et voilà donc les Français à la fois en jaune et en vert alors que la dernière étape de plaine est pour ce mercredi, entre Le Blanc (Indre) et Cérilly (Allier), sur 181,1 km avec un faux-plat d’arrivée assez prononcé où Marcel Kittel avait remporté une étape de Paris – Nice.


Navigation article