24 août 2017

La montagne est là

Le Tour de l’Avenir entre dans sa phase cruciale avec le triptyque alpestre qui compose le week-end final.

Changement de décor ! Le transfert depuis le Centre de la France jusqu’aux pied du Mont-Blanc où le Tour de l’Avenir a observé ce jeudi une journée de repos marque une véritable rupture dans le déroulement de l’épreuve. Place à la montagne, pour les trois étapes alpestres du week-end final qui succède à une longue séquence de six jours.
Le plus dur commence, mais pour les sprinteurs et autres coureurs spécialistes de la plaine, l’heure est déjà au premier bilan. Trois partout ! En dépit d’un profil général jusqu’ici sans grand relief, les sprinteurs n’ont pas eu la partie gagnée d’avance. Ils ont laissé … échapper trois étapes qui ont souri aux audacieux : le Danois Kasper Asgreen seul bénéficiaire d’une longue échappée le premier jour autour de Loudéac, le Britannique Christopher Lawless auteur d’un coup de force pour triompher en finisseur sur le circuit final de Saumur, et enfin le Biélorusse Vasili Strokau qui a conclu victorieusement l’échappée fleuve qui a également valu à l’Autrichien Patrick Gamper d’endosser le maillot jaune à Amboise.

De l’autre côté, la hiérarchie a été fluctuante chez les sprinteurs, même si le Norvégien Kristoffer Halvorsen, champion du monde espoirs et référence en la matière porte le maillot vert assorti d’un succès dans le faux-plat d’arrivée à Châteaubriant. En revanche, il avait été battu la veille à Bignan par le Néerlandais Fabio Jakobsen. Enfin, sur un sprint « à plat », à Saint-Amand – Montrond, c’est le puissant Alvaro Hodeg qui a rappelé qu’il n’y avait pas que des grimpeurs dans le cyclisme colombien…

Au bout du compte, les pays « nordiques » (Danemark, Pays-Bas, Norvège) ont sans surprise marqué la première partie de l’épreuve de leur empreinte et l’on remarque qu’en dehors de la Grande – Bretagne, les nations de tradition cycliste de l’Europe occidentale courent toujours après une véritable satisfaction.

Rien n’est fait et si le leader autrichien Patrick Gamper se présente lui-même comme un trop modeste grimpeur pour se faire beaucoup d’illusions, l’ensemble des favoris présumés pour le classement général se tiennent dans la même seconde (à 3’49’’): l’Américain Powless, le Belge Lambrecht, le Russe Sivakov, le Colombien Bernal, l’Australien Hamilton principalement, mais par vocation, le Tour de l’Avenir n’exclue pas d’autres révélations.

Le week-end final dans les Alpes commence ce vendredi par une étape de moyenne montagne qui donne néanmoins lieu à la première arrivée en altitude, dans la station d’Hauteluce – Les Saisies après une montée de 15,6 km (5,7% de moyenne) appelée sans doute à faire le premier tri. Une journée de haute montagne succèdera samedi avec le Cormet de Roselend et la montée des Arcs avant une nouvelle arrivée en altitude à Sainte-Foy – Tarentaise. Mais il est probable que rien ne sera joué avant l’étape finale dimanche à Albiez – Montrond après l’ascension d’un « géant » du Tour, le col de la Madeleine, puis le dénouement sur le redoutable col du Mollard.

Le Tour de l’Avenir va maintenant nous faire connaître les grands grimpeurs de demain…


Navigation article