20 août 2017

Festin nordique

Le Norvégien Kristoffer Halvorsen, champion du monde espoirs, l’a emporté au sprint en Loire – Atlantique. Et le Danois Kasper Asgreen conserve le maillot jaune conquis le premier jour.

Pas de relâche pour les espoirs mondiaux, qui ne connaissent guère la notion d’étape de transition… La troisième journée de course, sur les routes à peu près dépourvues de relief et très roulantes de la Loire – Atlantique, a donné lieu à une moyenne élevée (47,5 km/h.) qui n’a pourtant pas découragé plusieurs attaques sur le circuit final de Châteaubriant où le splendide faux-plat d’arrivée était investi d’un nombreux et chaleureux public.

Mais il était quasi-impossible d’échapper au sprint massif, et là, sans surprise, c’est le Norvégien Kristoffer Halvorsen, 21 ans, champion du monde espoirs, qui a exprimé sa puissance déjà largement référencée et son jump. « Maintenant, c’est bon, je peux courir libéré » a savouré le jeune norvégien, déjà deuxième vendredi à Loudéac, troisième samedi à Bignan, une constance qui lui permet de renforcer sérieusement le maillot vert du classement par points. En revanche, pour le jaune, il reste propriété d’un autre coureur nordique, le Danois Kasper Asgreen, qui avait conclu en rouleur la longue échappée qui avait animé l’étape initiale autour de Loudéac et devance toujours de quatre secondes Halvorsen, étant donné l’absence de bonifications.

Peu importe au fond pour Kristoffer Halvorsen, qui peut voir dans sa victoire à Châteaubriant un heureux présage. Le Norvégien s’était en effet imposé sur une étape du Tour de l’Avenir 2016, quelques semaines avant de remporter le titre mondial au Qatar. Et c’est peu dire qu’il est plus motivé que jamais alors qu’il remet son titre en jeu le mois prochain à Bergen, dans son propre pays.

L’autre enseignement de la journée permet de considérer que le cyclisme colombien n’est plus seulement l’apanage des grimpeurs, même si Egan Bernal demeure l’un des favoris de l’épreuve. Pour la deuxième journée consécutive, Alvaro Hodeg, battu samedi par le Néerlandais Jakobsen, prend la deuxième place du sprint, et semble donc marcher sur les traces de Fernando Gaviria, le sprinteur de Quick Step vainqueur l’an dernier de Paris – Tours. Car les Colombiens sont devenus aussi des coureurs de classiques…

Désormais, le Tour de l’Avenir va s’acheminer dans une enfilade de deux journées sur les bords de Loire, avec arrivée à Saumur ce lundi et Amboise mardi, en plein cœur de la séquence de plaine dont se régalent pour l’instant les espoirs nordiques.


Navigation article